Forum basé sur la série Teen Wolf
 

Partagez|

Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 17:38



Phoebe Lea Parker
« On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures. Je ne suis pas d'accord. Les blessures demeurent intactes. Avec le temps notre esprit, afin de mieux se protéger, recouvre ses blessures de bandages, et la douleur diminue... mais elle ne disparaît jamais. » Rose Kennedy



♤ Vous ♤

Salut, moi c'est Phoebe Parker je suis né(e) le 18 décembre et si tu sais compter j'ai 19 ans. Ma ville natale est New York, mais j'habite à Beacon Hills. J'appartiens au groupe des loup-garous. Je suis hétérosexuelle et je suis célibataire mais t'emballe pas trop ! Ah oui au fait, la sublime et parfaite Lea Michele m'a gracieusement fait don de son joli visage, sympa non ?

♤ Caractère ♤

Que vous dire ? Si j'ai un jour été une petite fille facilement en proie à ses émotions, je ne le suis très certainement plus depuis l'âge de treize ans. Ou du moins, c'est ce qui semble être, et ce qui est à la fois. Pour tout vous avouer, mon caractère est composé de contraires et d'ambiguïtés. J'ai toujours été, et je suis encore, quelqu'un d'extrêmement ambitieux, ambition qui n'a prit que plus d'ampleur au fil des années, car c'est aujourd'hui la seule chose qui me reste. Je suis une jeune femme déterminée, et les événements m'ont poussés à cacher mes émotions. Je ne suis pas comme les autres. Plus maintenant. Lorsque l'on me voit, c'est à un masque de dureté et de froideur que l'on se heurte. Dû à cela, certains me craignent, d'autres me prennent de haut, d'autres encore cherchent à me connaitre, à savoir ce que je cache, qui est la véritable Phoebe. En réalité, je ne suis pas si dénuée de toute émotions, loin de là. Je crois même que j'en ressens bien plus que n'importe qui d'autre : pour preuve, je ne me suis jamais remise de la mort de mes parents. Avec le temps, j'aurais dû être apte à passer à autre chose, et pourtant aujourd'hui encore je ressens la douleur aussi durement que si cela venait tout juste de se produire. Je ne suis pas sans émotions, et pourtant lorsque je suis énervée, je peux devenir plus cruelle qu'un tueur en série, et rien, pas même les cris ou les supplications ne peuvent me donner pitié. Je vous rassure, je n'arrive à ce stade de fureur que lorsque quelqu'un le mérite réellement. Je peux également me montrer sans coeur lorsque je suis énervée à un stade moins fort que celui que je viens de vous décrire, mais c'est moins pire tout de même. Je sais ce que vous pensez. Que je suis folle, juste bonne à interner. Et si ce n'était pas le cas ? Tout le monde pense cela, et pourtant. Je ne suis pas si différente de vous. J'ai juste choisi de ne répondre qu'à mes propres règles. Je suis une jeune femme forte et indépendante, et je ne crains plus de mourir depuis la perte de mes parents. Au contraire, je traque la mort, et je l'affronte lorsque l'opportunité m'en est donné. Je n'ai plus peur de rien ni de personne dorénavant. Et c'est ce qui me donne du courage, c'est ce qui me permet d'affronter toutes les situations, les pires comme les meilleures. Peu importe si je risque ma vie, elle ne vaut plus rien. Pas plus pour moi que pour les gens qui me connaissent. Morte, je ne manquerais à personne, les gens danseraient sur ma tombe et déboucheraient une bonne bouteille de champagne. Et moi... moi je pourrais enfin retrouver mes parents. Tout le monde y trouverait son compte, vous ne pensez pas ? Non je ne suis pas folle. J'aime à être mystérieuse, et je fais tout pour être aussi libre que possible. Mais folle... ça non. Des fous, des vrais, vous en croisez tous les jours, sans même le savoir. Un voisin, un ami, un collègue. Parfois même un parent. Qui sait quelle est leur vie ? Et pourtant vous pensez les connaitre, que ce soit leur caractère, leurs goûts, leur style vestimentaire, leur manière d'agir, de faire. Mais une personne telle que moi, qui cache qui elle est réellement, est de suite suspecte à vos yeux. Il vous faut à tout prix savoir ce qui se cache. Seulement voilà, je mens aussi bien que je respire, il vous sera impossible de savoir si je mens ou pas. Tout le monde a un tic, un petit quelque chose qui vous trahis quand vous mentez. Moi je peux vous regarder droit dans les yeux, et vous débiter un mensonge si sincère que vous ne pourrez que vous prendre au piège. Sans compter que... mes secrets sont bien gardés. Car à moins d'avoir la faculté de lire dans les pensées, rien ne vous permettra jamais de découvrir la vérité. Que dire d'autre ? Je prétend constamment aller bien, même si c'est totalement faux. Je pourrais encore saigner de partout que je serais capable de vous dire que tout va bien, que je n'ai pas besoin d'aide. Car oui, je déteste qu'on tente de m'aider. Et pas parce que je prend cela pour de la pitié, ça non. Simplement parce que se faire aider de quelqu'un, c'est être dépendant de cette personne. Or ça... je le refuse. Je suis libre. Rien ni personne ne pourra changer qui je suis, et m'ôter cette liberté pour laquelle je me bat. Je suis également incapable de dire " je t'aime " à quelqu'un. Peut-être par... peur. Je ne sais pas au fond. Ce sont les derniers mots que j'ai dis à ma mère avant qu'elle ne meure. Je lui ai dis ces trois petits mots, et une seconde plus tard elle rendait son dernier souffle. Alors peut-être que j'ai peur de perdre cette personne, tout comme j'avais perdu ma mère, si je les prononce. Ou peut-être est-ce tout simplement parce que cela me rappelle de manière encore plus forte ce moment. Aussi, lorsque quelqu'un me dit qu'il m'aime, je ne peux que répondre " moi aussi " ou " c'est réciproque ". Heureusement, je n'ai pas tant de personne que cela qui me disent qu'ils m'aiment, je pourrais même dire qu'il n'y a personne. Et le pire de l'affaire, c'est que personne ne s'en rend compte. Marrant non ? Tant qu'on est dans ce registre, je suis incapable de trouver les mots qu'il faut pour venir en aide à quelqu'un. Du moins je le crois. J'ai toujours la sensation que... j'empire les choses. Ou que je les formule de manière maladroite. Sans doute parce que j'ai tant l'habitude de refouler mes propres sentiments que je suis incapable d'aider les autres avec les leurs. Et pour finir, je ne peux que vous dire que je suis une battante. En gros, c'est moi. Je me doute que j'en oublie sans doute, mais vous savez quoi ? Vous verrez bien plus tard !

◌ Chaud ou Froid ? : Froid
◌ Fidèle ou Infidèle ? : Fidèle
◌ Blanc ou Noir ? : Noir
◌ Jour ou Nuit ? : Nuit
◌ Chien ou Chat ? : Chiens
◌ Chasser ou Traquer ? : Tout dépend des circonstances
◌ Marionnette ou Marionnettiste ? : Si la question est " manipulatrice ou manipulée " je dirais ni l'un ni l'autre. On ne me manipule pas si facilement, et je ne suis pas du genre à manipuler les gens... sauf si vraiment c'est nécessaire.
◌ Mensonge ou Honnêteté ? : Les deux. Je suis une excellente menteuse, vous verrez, je mens avec une immense sincérité lorsque je juge cela nécessaire. Malgré tout, j'aime connaitre la vérité.
◌ Supérieur ou Inférieur ? : Supérieure
◌ Passion ou Tentation ? : Peut-être un peu les deux...


♀ Toi derrière ton écran ♂

Prénom/Pseudo : Drachel/Auriane ♦ Sexe : Girl ♦ Âge : 16 ans ♦ Pays : France ♦ Comment as-tu connu le forum : Je cherchais un forum TW et voilà ♦ Fréquence de connexion : Autant que possible ♦ Un petit mot gentil : The show must go on ! ♦ Code du règlement : OK by Lyds

mage by consolation-prizes # code by shiya.



Contenu par Stiles, codage by shiya





Dernière édition par Phoebe L. Parker le Mar 20 Aoû - 17:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 17:38



Histoire

Je m'appelle Phoebe Parker. Je suis née à New York, dans le Queens, lors d'une belle soirée de décembre, et j'ai grandis là bas. Depuis que je suis petite, j'ai toujours su ce que je voulais être, ce pour quoi j'étais réellement faite. Broadway. Probablement tenais-je cela de mes parents, ma mère avait une voix fabuleuse, voix qu'elle n'a jamais pu dévoiler au reste du monde, et mon père était très bon pianiste, même si ce n'était pas vraiment sa profession ( il était avocat ). Pour tout avouer, tout à commencé lorsque j'avais cinq ans et que j'ai vu pour la première fois Funny Girl, la plus célèbre comédie musicale de Barbra Streisand. A ce moment là j'ai su : je voulais être comme elle. J'étais déjà envoûtée par le pouvoir de Barbra, et c'est ce qui m'a toujours poussée à suivre mon rêve. Mais à cinq ans, personne ne peut croire une petite fille. Même moi je ne me serais probablement pas cru... J'ai demandé à prendre des cours de danse et de chant, et mes parents ont acceptés, assez heureux de voir que je m'ouvrais au monde au lieu de rester chez moi comme un oiseau apeuré. Ces heures que je passais aux cours étaient magiques ; c'était ma porte d'entrée dans le show-business. Ma prof me disait que j'étais une mini Margot Fonteyn, elle m'a apprit le pouvoir de la musique et bien que ce studio de danse était juste un endroit assez vieux et moisi, pour moi c'était le plus bel endroit sur la Terre. Les années ont passées et j'ai continué la danse classique, ainsi que le chant évidemment. Mon amour pour Barbra et son talent grandissait un peu plus, elle était devenue mon idole. Mais lorsque je faisais part de cette passion et de ce désir de devenir comme elle, mes parents ne me prenaient pas au sérieux, pensant que je comprendrais que le chant et la danse étaient plus distraction plus qu'un métier, parce qu'ils savaient d'expérience que le métier d'artiste est loin d'être stable. Alors que moi... et bien, je ne me voyais pas faire autre chose de ma vie. Impossible. Les chansons me touchaient toutes au plus profond de moi, et j'avais ce besoin de les faire ressentir à mon tour en les interprétant. Cela faisait partie intégrante de moi. Me l'enlever, c'était retirer mon essence même, ce qui faisait de moi qui j'étais. J'admet que souvent, je leur en ais voulu de ne pas me croire, de ne pas m'encourager. Malgré tout, je les aimais... c'est normal. Je suis entrée au collège, où je n'étais pas vraiment très appréciée, mais cela m'importait peu, je n'ai jamais prit garde à l'opinion des gens à mon égard. Cela n'en valait pas la peine. Il y aura toujours des gens prêt à ternir votre image, des gens trop bête ou trop jaloux pour supporter que vous soyez meilleur qu'eux. Or j'étais meilleure qu'eux, par bien des côtés.
Et puis j'ai eu treize ans... Cela faisait bien une semaine, et nous étions à la veille de Noël. New York propose toujours bon nombre de festivités plus intéressantes les unes que les autres pour ceux qui le désirent, et nous avions passé une bonne partie de la journée à nous amuser là bas. C'était assez cool, on était tous les trois, on faisait les fous, on chantait, jouait, riait, en bref, une superbe journée. Arrivés en fin d'après midi, nous avions décidé qu'il était temps de rentrer chez nous, ce que nous fîmes du reste. Mais durant le trajet en voiture, un camion sortis de nulle part et nous rentra dedans. Je ne sais pas ce qui s'est passé. Comment j'ai été éjectée de la voiture, tout ça. Tout ce que je sais, c'est que je me suis retrouvée à quelques mètres de la voiture qui avait commencé à prendre feu. Je voulais crier, je ne pouvais pas. Je voulais me relever... aucun membre ne me répondait. Je ne pouvais que contempler, de là où j'étais, face contre terre. J'avais mal, j'avais peur, je paniquais. Puis le noir total.
Lorsque je revins à moi, j'étais à l'hospital. Sur le coup, je ne compris pas pourquoi j'étais ici, mais bien vite, les derniers souvenirs refirent surface. De nouveau, je paniquais, le moniteur à côté de moi en attesta, les bip réguliers s'étaient soudainement affolés, en même temps que mon coeur. Alertés, des infirmières se précipitèrent dans ma chambre, tandis que je les suppliais de me renseigner sur mes parents. Peine perdue... une bonne dose de calmants et je tombais comme une masse. Un peu plus tard, lorsque je m'éveillais de nouveau, j'étais encore un peu hagarde, mais je me souvenais suffisamment bien de ce qui s'était passé précédemment, aussi avais-je arraché tout fil et toute aiguille pouvant être relié(e) à moi, non sans difficulté et non sans me faire mal. Je suis finalement tombée sur une infirmière qui a accepté de me conduire à ma mère. Il était trop tard, j'aurais dû être là bien avant et je n'étais là que maintenant, sur ses tout derniers instants. Mes dernières paroles furent " Je t'aime ". En général, on fait extrêmement attention aux dernières paroles que l'on a adressé au défunt, du moins lorsque cette personne était quelqu'un que l'on aimait. Parfois nous regrettons nos derniers mots, parfois on se console en se disant qu'au moins il ou elle est partit en emportant un mot gentil. Moi... je ne me suis jamais inquiétée de cela. Peu importe mes derniers mots, ce n'est pas ce qui me la ramène. Toutefois depuis, je suis incapable de prononcer à haute voix ces trois petits mots que certains ressentent pourtant tant le besoin d'entendre. Par peur sans doute... peur de perdre cette personne également. Qu'importe la manière. Moi je l'avais dis à ma mère et la seconde qui suivait, elle avait rendu l'âme. Qui me dit que je ne perdrais pas aussi quelqu'un d'autre rien qu'en lui disant ces mots ? Enfin... j'ai toujours pensé que c'était pour cette raison que je faisais un blocage. Peut-être y a-t-il une autre raison. Je ne sais pas... parfois je reste un mystère pour moi même... Bref. Suite à cela, on m'a envoyé chez ma grand mère. J'y suis resté... une à deux semaines, mais finalement, le juge, jugeant que vu la situation présente, ce serait plus à moi de m'occuper d'elle que l'inverse, a décidé de m'envoyer chez ma tante. Apparemment, j'avais besoin qu'on s'occupe de moi. Sans doute mon comportement le laissait-il supposer, mais ce n'était pas le cas, loin de là. Enfin j'essayais de m'en convaincre, et ça marchait plutôt bien. J'ai donc été envoyée à Beacon Hills, en Californie. Super n'est-ce pas, quand on pense que mon rêve se trouvait à Broadway, et que Broadway se trouve à New York, soit à 3923.07 km d'où je devais vivre !
J'aimais ma tante, ne vous méprenez pas. Toutefois... c'était trop dur de vivre dans ce monde sans mes parents alors que j'avais vraiment besoin d'eux. Comme tout enfant. Aussi, peu après m'être installée chez ma tante, j'avais conclus un marché avec un dealer. Ce monde n'était pas le mien. J'aurais dû mourir dans cet accident, et j'avais survécu. Ce n'était pas une chance contrairement à ce qu'avaient dit les médecins. Ces fractures à mon poignet et à ma jambe n'étaient pas des miracles, mêmes compte tenu de la situation. Je vivais. Or j'aurais dû mourir. Tout simplement. Je ne serais plus un point pour personne, et encore moins pour moi même. J'avais donc retrouvé mon dealer dans une ruelle où nous avions fait l'échange. Un mélange de différentes drogues. Il suffisait d'en prendre un peu trop et je mourrais. Et effectivement, il en a fallu de peu. Vraiment peu. Mais j'ai simplement fini dans le coma, un coma dont je ne voulais même pas trouver la sortie. Seulement voyez vous, j'accepte de mourir. Ou de rester bloquée dans un coma. Mais pas sans me battre. Je ne veux pas juste accepter les faits, je veux savoir que j'ai fais ce que j'ai pu. Et donc, malgré ma non envie de sortir de cet état, j'ai trouvé la sortie... malheureusement. Au passage, j'ai compris que j'avais vraiment peur des hospitaux... pas vraiment étonnant vu les circonstances. Selon le médecin, j'ai été cliniquement morte, durant une dizaine de secondes. Cliniquement morte... Quelle ironie.
A mon réveil, il n'y avait personne à mon chevet, le docteur et ma tante se trouvaient dehors. Sans qu'ils le sachent, je me suis levée et les ais écoutés. Le médecin lui suggérait de me faire entrer en psychiatrie quelques temps, puisque visiblement, je n'étais pas stable. J'ai vite comprit que l'assistante sociale était là aussi, puisqu'elle approuvait ledit médecin, ajoutant que ma tante était sans doute pour responsable de ce qui se passait maintenant. Je n'en revenais pas. Ils faisaient plus de recherche sur quelqu'un qui faisait partie de ma famille que sur des gens demandant le statut de famille d'accueil ! Je commençais à craindre que ma tante n'accepte, mais ce ne fut pas le cas. Elle les rembarra, refusant de me faire interner. De toute manière, une fois qu'on entre là bas, on n'en ressort plus. C'est comme la psychanalyse : la moindre chose que vous dites ou que vous faites est analysée et fini par sortir de son contexte. Si vous n'êtes pas déjà fous en y entrant, vous le devenez. Si vous l'êtes déjà... n'espérez pas trop une amélioration. Enfin, passons.
Lorsque je suis rentré chez ma tante, j'avais promis de ne plus jamais tenter de me suicider. Pas seulement parce qu'aucune de nous ne voulait me voir finir avec des gens que je ne connaissais pas et que je ne pourrais jamais supporter, mais aussi parce que j'avais bien vu à quel point cela avait fait mal à ma tante. J'avais cru que seul moi souffrirait, et je m'étais trompée. Toutefois, une chose était certaine : j'avais changé. J'étais devenue plus forte et d'apparence, je semblais être dénuée de toute émotions humaine. Avec le temps je suis devenue meilleure à ce jeu, c'est normal. Mais j'avais déjà décidé une chose : je serais différente. Je ne ressemblerais en rien aux gens de cette ville, et personne ne saurait comment m'atteindre. Le soir, je sortais seule, pour marcher au bon air de la nuit. Avant j'aurais eut peur, mais depuis tout ce qui s'était passé, ce n'était plus le cas. On a peur lorsque l'on sait que l'on a quelque chose à perdre, or moi... je n'avais plus rien à perdre. Pas même pas vie. C'est d'ailleurs cela qui m'a toujours rendue plus forte, le fait que je n'avais plus peur. Pourquoi ne pas rester tranquillement dans mon lit ? Parce que je ne pouvais pas. A peine fermais-je les yeux que les images de notre accident me revenait en mémoire, et ce n'était guère mieux lorsque je parvenais à m'endormir. Quoi qu'il en soit le temps à passé, et je suis devenue meilleure, que ce soit pour cacher mes émotions ou mentir. Puis je suis entrée au lycée, et je crois que je me souviendrais toujours de mes années de seconde et de première, et vous allez vite comprendre pourquoi. C'était l'année de mes quinze ans. J'étais sortie un soir, ou plutôt une nuit, encore une fois. Voyez vous, j'ai toujours particulièrement aimé la forêt. Je m'en sens proche. Elle est comme moi : mystérieuse et dangereuse, on ne peut la dompter, on ne sait pas exactement de quoi elle est faite, ni sur quoi on peut tomber. Elle est imprévisible. Voilà pourquoi je me suis toujours tant sentie liée à elle, pourquoi je me sens en sécurité là bas. Comme si j'étais à ma place. Oui, c'est bien l'un des seuls endroits de Beacon Hills où je me sente à ma place. Mais cette nuit là, j'aurais peut-être mieux fait que de rester chez moi, ou de me balader ailleurs. Car c'est cette nuit là que j'ai été mordue. Une morsure profonde qui me faisait me demander comment je pouvais être encore consciente, ou ne pas être pleine de sang. Je ne suis pas une petite nature, et la douleur, ça me connait. Mais il y avait quelque chose d'anormal à cette morsure et je le sentais. Et effectivement, c'était anormal. Elle disparut comme elle était venue, sans laisser la moindre trace.. du moins pas vraiment. J'ai compris plus tard qu'elle m'avait juste transformée en loup quoi... Qui avait fait cela, je ne sais pas. Mais à mon humble avis, si je lui met la main dessus il va regretter d'avoir fait cela. Mon jeu, mes règles. Cette personne, quelle qu'elle soit, n'avait strictement aucun droit de faire irruption dans ma vie l'espace d'une morsure. Je vous ais dis que j'étais différente, et cela a toujours été vrai, cette morsure n'a rien changé, elle n'a que contribué à me rendre un peu plus différente. Personne ne sait ce que je suis. Encore un secret que je cache et que je compte bien garder pour longtemps. Je ne sais pas si il y a un moyen pour moi de m'en débarrasser ou pas. Mais une chose est certaine, ce n'est pas cela qui m'arrêtera et changera mes plans. J'apprend vite, je sais me contrôler, et j'ai de la volonté à revendre. Je ne sais pas pour vous, mais à moi, cela me semble suffisant pour ne pas laisser le loup prendre le dessus sur moi n'importe quand.
Ma vie à continué, j'ai toujours dissimulé le loup en moi, et lorsque je sentais que j'allais perdre le contrôle et bien... je me débrouillais pour le reprendre. Je suis sadique, mais pas au point de tuer un " innocent ". Enfin... disons pas au point de tuer un camarade de classe un peu trop agaçant quoi. Puis il a été temps pour moi d'entrer à l'université et.... je ne sais pas pourquoi, je suis resté ici, à Beacon Hills. J'avais attendu si longtemps pour retourner enfin à New York. Alors j'ai fais mes deux premières années d'université ici. Enfin... je fais ma deuxième année là, mais... à la fin de cette année, je pars. Rien ne pourra m'arrêter. Et maintenant ? Et bien je continue, je m'accroche et... je survis.

fiche par holliday, sur bazzart ou artsoul. Reproduction complète ou partielle interdite

Contenu par Stiles, codage par holliday





Dernière édition par Phoebe L. Parker le Mar 20 Aoû - 18:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 17:41


BIENVENUUUUUUE !
Excellent choix de vava  
Tu disposes de 7 jours pour faire ta fiche, cependant, si tu rencontre un problème, n'hésites pas à demander un délai.
Si tu as des questions ou autres, n'hésites pas à nous mpotter, nous sommes là pour ça  


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 17:42


Merci beaucoup ♥
Oh j'aurais fini avant ce soir t'inquiète xDD


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 17:47


Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue

Oh une chanteuuuuuuuuuuuuuuuuse


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 17:51


Merciiii !
Comment faire Lea Michele sans qu'elle veuille à tout prix chanter ? xD Mais une chanteuse loup garou, attention ! 8) xD


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 17:53


Bienvenue =D !!
J'aime tellement Lea et son perso dans le glee me fait rêver xD !!
Bonne continuation pour ta fiche ma belle !! ♥♥


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 18:12


Merciii !
Ah bah enfin quelqu'un qui aime Rachou, je commençais à désespérer xD
J'ai fini :D !


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Messages : 611
Date d'inscription : 05/06/2013
Emploi : Lycéen
Localisation : Beancon Hills
Points RP : 14



Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 18:47


Bienvenue à toi et très bon choix de vava, celui-ci m'a fait un pincement au coeur à la vue des récents événements dans sa vie.. Sinon j'aime beaucoup Rachelle aussi !
Comme l'a dis Dacey plus haut si tu as la moindre question n'hésite pas ! Je la laisse te valider soigneusement :)


_________________

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 18:54


J'ai vraiment adoré ta fiche ! Il n'y a rien à redire et c'est très bien écrit. Tu as un personnage très intéressant.
Je te souhaite un bon jeu parmi nous  


Bienvenue !!


C
ongratulation, ta fiche a fait fureur aux près des grands manitous, et tu es par conséquent validé(e) ! Nous sommes très heureux de te compter parmi nos membres et te souhaitons bon jeu parmi nous  

Mais avant tout n'oublies pas d'effectuer les quelques tâches que tu te dois d'effectuer :

◊ Vérifier que tu as été ajouté(e) au bon groupe.
◊ Recenser ton avatar dans le bottin en postant le code suivant:

Code:
[color=DarkRed]Avatar - Pseudo[/color]
(votre message sera supprimé un fois l'avatar ajouté)
◊ Rempli ton profil au maximum, si ce n’est pas le cas un membre du Staff viendra te le rappeler.
◊ Crée ta fiche de liens et celle de rp à cet endroit-ci, et cet endroit-là.
◊ Tu n'es pas obligé, mais tu peux crée ta boîte mail, et ton portable.

Voilà, voilà, si tu as veillé à faire tout cela, tu peux jouer avec nous, profiter de la Chatbox et du flood !    





Codage & apparence par © Mog24



Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 18:55


Une louve de new york... Tu pourrais faire une bonne recrue pour ma meute... Lol
Bienvenue sur le forum en tout cas


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 19:04


Merci à tous !
Derek, ne rêve pas. Je suis quelqu'un qui tient à sa liberté... j'ai pas l'intention de dépendre de toi, ou de quiconque d'autre d'ailleurs (a)


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 19:10


Dommage mes ptits loups ont tout pleins d'avantages...  


Revenir en haut Aller en bas


Invité
Invité




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. » Mar 20 Aoû - 19:12


Et bien je suis navrée, mais je suis un avantage dont tu vas être contraint de te passer mon cher (a)


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




Bienvenue à Warren

MessageSujet: Re: Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. »





Revenir en haut Aller en bas

Phoebe Lea Parker - « Il n'y a pas de secret mieux gardé que ceux que l'on devine. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le temps des explications | Parker
» (F) Eva Rosenwood Feat. Phoebe Tonkin
» Phoebe Tonkin
» Institut Parker : le retour
» Institut Parker[FA]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Don't be afraid by the moon :: Les Fiches Validées-